« Retour

1. Première partie (21-25 janvier)

Session d'hiver : le Président finlandais s'est exprimé devant l'APCE

Strasbourg, 21-25 janvier 2019

En adoptant son ordre du jour définitif à l'ouverture de sa Session plénière d'hiver 2019, l'Assemblée a décidé de tenir le jeudi, des débats d'urgence sur « L'escalade des tensions autour de la mer d'Azov et du détroit de Kertch et menaces à la sécurité européenne » (le matin) et sur « L'aggravation de la situation des opposants politiques en Turquie : que faire pour protéger leurs droits fondamentaux dans un État membre du Conseil de l'Europe ? » (l'après-midi)

Le Président de la Finlande a prononcé un discours. Par ailleurs, le ministre finlandais des Affaires étrangères a présenté la communication du Comité des Ministres, et le Secrétaire Général de l'Organisation s'est exprimé également devant l'Assemblée.

L'Assemblée a organisé un débat conjoint sur les médias de service public dans le contexte de la désinformation et de la propagande, et sur la liberté des médias en tant que condition pour des élections démocratiques. Elle a discuté aussi de la gouvernance de l'Internet et des droits de l'homme.

Au cours de sa session, l'APCE a mis à jour des lignes directrices pour des référendums équitables et a examiné la compatibilité de la charia avec la Convention européenne des droits de l'homme. Elle a évalué également si la déchéance de nationalité comme mesure de lutte contre le terrorisme est une approche compatible avec les droits de l'homme, et a discuté de la promotion des droits des personnes appartenant aux minorités nationales.

D'autres débats ont porté sur la lutte contre l'impunité par la prise de sanctions ciblées dans l'affaire Sergueï Magnitski et les situations analogues, sur un meilleur suivi des recommandations du Comité européen pour la prévention de la torture, ainsi que sur l'évolution de la procédure de suivi de l'APCE en 2018 et l'examen périodique du respect des obligations de l'Islande et de l'Italie.

Un second débat conjoint a porté sur la discrimination dans l'accès à l'emploi et sur la nécessité d'une population active intégrant les personnes handicapées.

Lors d'une cérémonie en séance plénière, les membres de l'APCE se sont engagés à prendre des mesures dans leurs parlements nationaux pour éliminer le sexisme, le harcèlement et la violence à l'égard des femmes, suite à l'initiative de la Présidente de l'Assemblée #PasDans MonParlement.