Speeches Return to Full Page
« Back

2012.10.05 Strasbourg (French only)

Eléments pour l'allocution d'ouverture de M. Jean-Claude Mignon, Président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, à l'occasion de l'Assemblée des Jeunes 2012
Strasbourg, Friday, 5 October 2012

Cadre

C'est la deuxième Assemblée des jeunes que nous tenons. La première a été organisée en 1999, lorsque le Conseil de l'Europe célébrait son 50ième anniversaire. Je suis fière d'avoir été à l'origine de cette initiative.

La particularité de l'Assemblée des jeunes de 2012 est le fait qu'elle est organisée dans le contexte du Forum Mondial de la Démocratie – grand événement international que le Conseil de l'Europe organise pour la première fois cette année.

Les recommandations que vous allez adopter seront examinées par les participants au Forum la semaine prochaine et 40 d'entre vous auront la possibilité de participer à ce grand événement.

Défis

L'Europe et le Monde doivent faire face aujourd'hui à de nouveaux défis. Je ne prétends pas en faire une liste exhaustive. J'aimerais simplement en mentionner quelques-uns qui ont marqué l'actualité ces derniers mois :

-       les conséquences de la crise économique et financière ;

-       l'inégalité grandissante, le « stress social » provoqué par des mesures d'austérité, et le besoin d'assurer la cohésion sociale ;

-       la fiabilité et l'efficacité de notre système de protection des droits de l'homme ;

-       les « Révolutions Arabes » et les transformations dans notre voisinage ;

-       la monté de l'extrémisme et de l'intolérance; le « vivre ensemble » et le dialogue interculturel.


Ces défis touchent tous les acteurs de la société, mais leurs effets sur la situation des jeunes, qui éprouvent de plus en plus de difficultés pour exercer leurs droits, sont particulièrement inquiétants.

Les problèmes auxquels vous devez faire face sont nombreux. Vous les connaissez très bien et cette Assemblée des jeunes vous offre une plateforme pour en parler. Cette Assemblée vous offre un espace de travail, de dialogue et des échanges. Elle vous appartient.

Quelques réflexions pour guider le débat

Tout d'abord, je suis rassuré : vous n'êtes pas les représentants d'une « nouvelle génération perdue » ou d'une « génération sacrifiée ». Bien au contraire. Votre forte participation à cette Assemblée de jeunes montre que vous êtes actifs et engagés.

Les jeunes ont une forte volonté de participer, d'utiliser leurs droits, de faire entendre leurs voix, et de prendre des décisions. Des décisions non seulement sur des questions qui les concernent directement, mais aussi sur toutes les questions de la société. Vous voulez travailler sur des sujets concrets : dans les quartiers où vous vivez ; au niveau municipal; ainsi qu'au niveau national.

En tant que parlementaire, j'attache une très grande importance à la participation politique de la jeunesse. Il est très important d'ouvrir l'accès aux mandats politiques à la jeune génération, au niveau national et européen, pour réduire la méfiance à l'égard des dirigeants politiques de la part des jeunes. Mais ça ne suffit pas : il faut aussi développer des mécanismes de démocratie participative, formels et informels, afin de donner la possibilité à tous les jeunes intéressés à participer au processus de prise de décisions.

En tant que maire de ma commune, je m'investis beaucoup dans les questions de la jeunesse et la participation des jeunes constitue une priorité pour moi. Le Parlement des enfants que nous organisons régulièrement n'est qu'un exemple de nos actions. Il y en a bien d'autres.


Deuxièmement, parce que vous êtes actifs et engagés, nous voyons aujourd'hui en vous de vrais partenaires. Les problèmes spécifiques auxquels vous devez faire face sont aussi nos problèmes. Nous devons donc chercher des solutions ensemble.

Bien entendu, vous avez des intérêts et des besoins spécifiques qui doivent être pris en compte. C'est pour cette raison que nous sommes là aujourd'hui pour les examiner ensemble avec vous. Cette Assemblée des jeunes devrait devenir un lieu de collaboration qui, j'espère, nous permettra ensemble de trouver des solutions nouvelles et innovantes.

En tant que partenaires, nous mettons à votre disposition notre expertise et notre savoir faire : le rapport de M. Volontè, ainsi que d'autres documents de l'Assemblée et du Secteur de la Jeunesse, contiennent beaucoup d'idées et les membres de l'Assemblée parlementaire qui participent à cette Assemblée des jeunes sont prêts à les partager avec vous.

Mais, ne vous sentez pas liés par ces textes. Ce ne sont que des suggestions pour lancer la discussion. Soyez créatifs, sortez du cadre. Les idées les plus originales sont souvent celles qui marchent le mieux.

Troisièmement, je vous invite à réfléchir au contexte plus large. Vos profils sont très divers. Vous représentez des groupes, des associations et des organisations très différentes. Mais, le monde de la jeunesse est encore plus diversifié.

Comment être à l'écoute de tous ?

Comment donner des moyens de s'exprimer et d'agir à tous les intéressés ?

Qu'en est-il de ceux qui ne prennent part à aucune forme de participation – formelle où informel ?

Soyons plus « inclusifs » et essayons de prendre en compte dans nos débats, autant que possible, les avis, les préoccupations et les situations spécifiques de tous les acteurs.

Conclusion

Pour conclure, j'aimerais préciser que cette Assemblée des jeunes n'est pas uniquement un lieu de débat. C'est aussi un lieu de rencontres entre les jeunes qui représentent des pays et des organisations très différentes. J'espère que ces rencontres vous permettront de construire de nouveau réseaux dont vous pourrez profiter dans le futur.

Je vous souhaite donc des débats intéressants et des rencontres enrichissantes. Et bien entendu, je vous souhaite tout simplement de passer un très bon séjour à Strasbourg. Je sais que les organisateurs ont conçu votre programme de manière à laisser un peu de place pour des rencontres informelles et j'espère que vous allez pleinement en profitez.

Merci beaucoup pour votre attention.