Plateforme APCE contre la corruption

Plateforme APCE contre la corruption

Quand est-il acceptable pour les membres du gouvernement, les fonctionnaires ou les parlementaires d'accepter des cadeaux ? Dans quelle mesure les juges profitent-ils des pots de vin ? À quel moment le lobbying légitime franchit-il la ligne de l'influence abusive ? Quel rôle les journalistes d'investigation peuvent-ils jouer dans la révélation des pratiques de corruption ? Que  peuvent faire les parlements pour éradiquer la corruption ?

La corruption est un crime grave. Ce crime a des impacts néfastes sur le fonctionnement des institutions publiques, met en péril l'État de droit et sape la confiance des citoyens dans leur système politique.

La nouvelle plateforme APCE contre la corruption, qui a été officiellement lancée à Strasbourg le 8 avril 2014, crée un espace de dialogue afin de lutter plus efficacement contre cette menace qui pèse sur les valeurs fondamentales du Conseil de l'Europe, et de promouvoir la transparence et l'honnêteté dans la vie publique.

Cette plateforme réunit les élus des parlements  des 47 États membres du Conseil de l'Europe et des États non-membres, ainsi que des experts et d'autres acteurs, dans le but de partager des informations, de diffuser des bonnes pratiques et de débattre des moyens de faire face aux nouvelles formes de corruption.

Les parlementaires sont engagés dans un double processus visant, d'une part, à veiller à ce que les parlements nationaux prennent des mesures afin de lutter contre la corruption, et, d'autre part, à œuvrer pour une action rapide pour la promotion des instruments et des normes du Conseil de l'Europe et pour la mise en œuvre des recommandations du GRECO, l'organisme anti-corruption du Conseil de l'Europe, qui mène des travaux de monitoring pays-par-pays dans ce domaine.

Les conférences et les réunions qui seront organisées au sein de la plateforme aborderont des questions très spécifiques, telles que la collaboration entre journalistes d'investigation et parlementaires, la dimension de genre de la corruption, etc. L'objectif est d'élaborer des recommandations efficaces, capables de traduire l'engagement du législateur en action sur le terrain.

Toute une série de séminaires et d'ateliers – axés au niveau régional ou national – est également prévue sur des sujets tels que :

  • Les mécanismes permettant aux parlements nationaux de lutter contre la corruption 
  • Le code de conduite pour les parlementaires
  • L'intégrité du personnel parlementaire
  • La corruption judiciaire